Archive | octobre 2014

L’automne au GAEC Terre de Goganes

Denis Moreau 25 octobre 2014. Nous voilà bien en automne. Ce Week-end, c’est le changement d’heure, dernier coup de bambou sur les longues soirées estivales qui, avec l’inclinaison saisonnière de la terre sont déjà reléguées au registre des souvenirs. J’en profite pour rappeler aux personnes venant chercher leurs légumes au Voide que la semaine prochaine, la livraison aura lieu à 18h30 au lieu de 19 heures.

Revenons à nos légumes et à la saison qui s’annonce.

La période de fin d’année nous a fait réfléchir sur la manière la plus pertinente d’envisager les livraisons de légumes. Nous avons donc pris la décision de ne pas livrer la semaine de Noël ni celle du jour de l’an. Par contre, nous ferons un panier plus important que d’habitude pour la semaine 51 (livraison le 18 ou 19 décembre 2014 suivant le lieu) et la semaine 2 (livraison le 8 ou 9 janvier 2015 suivant le lieu). Cette décision a été prise surtout pour les gens qui viennent une semaine sur deux. Nous souhaitons que chacun s’organise avec son co-panier afin de trouver l’organisation qui convient le mieux à chacun. Si toutefois vous avez égaré les coordonnées de votre co-panier, n’hésitez pas à nous les demander. Isabelle Dulong et Ludivine Houpert, nos deux tutrices, peuvent vous renseigner ainsi que nous, Vincent et Denis. Pour nous, la composition des paniers est le résultat d’un partage égal de notre production. L’hiver, nous jonglons entre les légumes stockés (pommes de terre, radis d’hiver, céleri rave, betteraves, etc.), les légumes disponibles en serre (épinards, bettes, radis botte, salades, chou fleur, etc.) et les légumes de plein champ (poireaux, choux, carottes, etc.)

Venons en maintenant à la saison.

Après un été pour le moins pluvieux, le mois de septembre fut très agréable en température et en ensoleillement. Le mois d’octobre a suivi la même ligne avec quelques passages pluvieux et pour la suite, on verra. Pour les légumes, cela se traduit par des choux énormes, des poireaux dévorés par les vers (dû aux températures élevées de fin de saison) malgré le filet de protection qui est souvent mis à mal par quelques bourrasques scélérates. Si les températures chutent un peu, les vers arrêteront leur prolifération, le poireau continuera de pousser et les feuilles abîmées disparaîtront lors de la préparation des poireaux. Gardons l’espoir d’avoir un hiver normal avec une alternance de périodes douces et humides et des périodes froides et ensoleillées. Nous en reparlerons en mars.

D’ici la, je vous souhaite un bon automne, un bon hiver et un bon appétit.

A bientôt sur les lieux de distribution.

Denis, pour le Gaec terre de Goganes.

 

PS : Merci a tous d’avoir été très efficaces lors du renouvellement des contrats. Et particulièrement à Isabelle et Ludivine qui font leur travail de tutrice de manière très consciencieuse. Vous avez maintenant une année de répit.

Septembre aux Harbaux

Les Harbaux
Album : Les Harbaux
Album de Alain Chazerault Producteur de volailles
4 images
Voir l'album

Septembre déjà, l’été est passé bien que ce temps enfin estival nous trouble. Été très laborieux pour votre producteur de volailles préféré :

  • moisson tout d’abord, une petite récolte qui devrait tout de même assurer la nourriture des volailles amapiennes, suivie du bottelage de la paille et déchaumage du sol .
  • commencer à remonter le bâtiment ensuite. Il fallait attendre le départ de l’équipe de désamiantage (le 30 juin). Donc déboulonnage puis reboulonnage (400 boulons) pour changer les plaques abîmées par l’incendie de la cellule à céréales, finir de casser les murs.

    Avant la pose des parpaings

    Avant la pose des parpaings

Puis maçonnerie pour moi (et mon fils Rémi) c’est à dire poser 400 parpaings à bancher, étaler 13 m3 de béton, monter le hangar de stockage de céréales pour le charpentier. Quelques uns d’entre-vous sont venus m’aider à monter les parois de l’abattoir avant l’intervention du carreleur, du plombier, de l’électricien.

Le charpentier est venu le 1er septembre pour monter le hangar de stockage à paille et surtout le poulailler

Vous pouvez voir les états de l’avancement des travaux sur les photos (1ère au tout début, 2ème début septembre).IMG_0186

  • et évidemment tout en assurant l’élevage des poulets et canards de septembre, des oies et démarrage des poulets (dont ceux destinés en poulardes et aux coqs de noël) et pintades de novembre.
  • les poulettes pondeuses, arrivées sans encombre à l’âge de la ponte (19 semaines) viennent de rejoindre leur lieu de travail forcé « Le Petit Bois » de Catherine.

Il est toujours possible de faire un contrat pour la livraison de novembre, et celui des volailles festives vous est proposé sur le site.

Alain Chazerault

 

Oublié !

GAEC des Goganes
Album : GAEC des Goganes
Vincent Favreau et Denis Moreau Producteurs de légumes
8 images
Voir l'album
 

« oublié !», il est presque déjà loin le souvenir de cet été humide et frais. Cette pluviométrie exceptionnelle ne vous aura sûrement laissé que peu de photos sous la lumière intense du soleil.

Malgré tout, il nous a été plutôt favorable. De toutes ces pluies, beaucoup nous ont donné un arrosage hebdomadaire bien suffisant. Des arrosages efficaces que l’on n’avait pas à faire, ce qui nous gagnait peut-être une journée par semaine. Les légumes d’hiver en on bien profité. Cela a donné une belle avance aux poireaux, aux carottes et aux choux. Moins favorable tout de même aux courgettes, melons et concombres.

Encore une fois, nous apprécions d’avoir les serres* pour abriter les tomates, les poivrons et les aubergines . Sans ça, il n’y a qu’à regarder le résultat dans les jardins familiaux : le mildiou a fait ses ravages. On peut juste s’inquiéter de quelques soucis sur aubergines et concombres. Nos sols plutôt argileux et donc plus froids favorisent des champignons du sol qui parasitent les racines et nuisent au développement de la plante entière. Nous aurions pu avoir le double de récolte. Pas mieux pour l’ail qui, comme vous avez pu le constater, a été touché de plein fouet par la rouille, une maladie qui fait griller les feuilles et empêche le développement des caïeux.

L’autre temps, le chronologique celui-là, nous a moins compressé cette dernière saison. Peu d’arrosage, mais c’est surtout Virginie, que l’on a embauchée à mi-temps cet été, qui nous a permis de prendre le travail comme le temps (météo) nous le permettait sans prendre de retard : pour les désherbages, mais aussi pour davantage de récolte de haricots verts. C’est souvent long et fastidieux pour ramasser 100 à 150 kg de haricots, mais c’est aussi un moment ou notre esprit peut divaguer en pensant aux nombreuses personnes qui nous on fait part de leur ravissement de retrouver des haricots verts dans leurs assiettes.

Le 6 septembre dernier, nous avons fait notre journée arrachage de pomme de terre. Une équipe a répondu à l’appel (attention ce sont souvent les mêmes). Le rendement est moyen cette année.

à un bout du champ...Nous vous attendons nombreux pour cette journée. Pour nous, c’est le jour ou nous pouvons vous voir, discuter, rire avec beaucoup plus de temps que les soirs de livraison. On est heureux de vous présenter notre ferme, nos cultures, de vous présenter nos choix de production, mais on est aussi flatté de l’intérêt que vous nous portez. Cette journée, c’est un peu une récompense de cette relation producteur-consommateur qui peut exister si fortement en AMAP. Tous vos producteurs vous le diront, ces journées chantier ou bien visite, sont un peu comme une consécration pour toute une année, où l’on est heureux de vous présenter ce que vous nous permettez d’accomplir en consommant en AMAP : « produire juste et bien » . Votre présence ce jour là, apporte beaucoup plus qu’un coup de main. C’est bien évidemment un soutien physique, mais aussi un soutien moral valable jusqu’en septembre 2015.

... et à l'autre !

A vos calendriers, la journée patate 2015 aura sûrement lieu le samedi 5 septembre (ils annoncent beau en plus !)

Vincent, pour le GAEC Terre de Goganes

 * « vous savez !, ces serres que l’on est parti démonter un WE avec une bonne bande d’amapiens…vous connaissez sûrement la suite ! »

Miel 2014 : une année difficile

Les ruches
Album : Les ruches
Album de Minata et Thomas Guilbault Producteurs de miel
6 images
Voir l'album
 

Voila la saison apicole 2014 bien avancée, les récoltes sont terminées.

Après un redémarrage printanier favorable et une belle miellée de printemps, les conditions se sont dégradées par la suite avec des températures fraiches et souvent du vent. Résultat : miel d’acacia quasi inexistant (trop peu pour fournir les AMAP) et des colonies d’abeilles à cours de provisions (ce qui a occasionné un nourrissement de survie pour tous les essaims nouveaux).

Puis fin juin la miellée de châtaignier est enfin arrivée pour sauver toutes les ruches qui ont dû commencer par reconstituer leurs réserves avant de pouvoir produire pour nous ! Résultat : une quantité de miel de forêt moitié moindre qu’une bonne année.

Enfin la miellée d’été, très décevante sur tournesol et la quasi absence de sarrasin pour clôturer 2014 qui sera donc qualifiée « NAC » (nulle à ch…)

Un point positif au tableau : pour le moment les colonies sont populeuses ce qui me laisse confiant pour l’hivernage.

On a fait une porte ouverte le 13 Septembre à la miellerie à Martigné Briand : malgré une affluence mini, record à battre (8 personnes), l’après-midi s’est très bien déroulé, avec des gens sympas et intéressés donc intéressants. Vous pourrez d’ailleurs voir les photos qu’a prises Claudette.

Bien amicalement

Thomas

Des œufs des poules et des galettes

Le Grand Bois
Album : Le Grand Bois
Album de Catherine Louapre Productrice oeufs
1 image
Voir l'album
 Pour moi aussi c’est la rentrée. Les 370 poulettes bien élevées par Alain Chazereault pendant 18 semaines sont arrivées le 27 aout au Grand Bois.

Elles se sont habituées à leur nouvel environnement et ont commencé à explorer les sous bois qui entourent les poulaillers.

Michel Socheleau m’a livré le triticale, le pois, le tourteau de tournesol et la féverole, et Edou Breizh m’a livré le complément, maïs et soya broyé . La ponte a démarré, je suis à 52% de ponte, et cela va monter jusqu’à 75% dans les 2 mois à venir.

Au bout de 8 ans de production, tout en améliorant chaque année la ration alimentaire, les conditions d’élevage et de travail, ça roule. Il ne reste plus qu’à souhaiter que le renard ne pointe pas le bout de son nez.

Pour 4 AMAP, je fabrique aussi des galettes de sarrasin avec la farine du GAEC Pachamama de Dénezé sous Doué. Le constat en ce début d’année : j’ai moins de contrat dans toutes les AMAP. Il y a des départs, des familles qui évoluent, mais peu de nouveaux. Les AMAP doivent continuer à communiquer pour maintenir un nombre suffisant d’amapiens. Nous ne sommes plus sur la vague  de nouveauté ou de mode, nous ne devons pas nous reposer sur nos lauriers. Il en va de nos revenus.

Je participe activement à l’AMAP de la gogane du Lys de Vihiers, mais aussi à l’interamap départemental qui est une rencontre informelle chaque trimestre où toutes les AMAP sont invitées.

Et vous savez qu’en 2015, nous fêterons les 10 ans de la première AMAP du Maine et Loire. Une date a été posée, retenez le 19 septembre 2015 !

Catherine Louapre, le 23 septembre 2014

Les petites écuries |
Codep Aïkido 34 FFAAA |
Les boustois d'ECLOS !!! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Napvermand
| Les Danses du Bourg
| Adasi