Archive | novembre 2015

Maître goupil

Alain ChazeraultQuelle ne fut pas ma surprise de découvrir le samedi 10 octobre un renard couché dans la paille dans le poulailler au milieu des poulets. Poursuivi par Tilia et Snoopy mes 2 chiens de berger de…volailles, la bagarre tourna en la défaveur du renard. En l’examinant de plus près, c’était un vieux renard mâle qui s’était orienté vers la chasse à la galinette d’élevage, bien moins rapide que d’autres animaux sauvages (mulots, lapins…), qui agrémentent habituellement ses repas. Mais pas si solitaire que cela car la nuit suivante 4 poulets qui avaient décidé de coucher à la belle étoile ont fait les frais de son ou ses collègues. Il y a du monde caché dans les haies avoisinantes. La-chasse-au-renard

Et Rebelote… Ce midi 6 novembre un autre renard était débusqué par Tilia et Snoopy  entre les bâtiments dans la cour même de la ferme. Mais trop tard son forfait était fait, encore trois gros poulets. Cette fois il s’est échappé et il connait l’endroit l’animal, il reviendra. Et il n’a pas peur car il agit de jour et dans l’environnement des chiens.
C’est vrai que c’est alléchant de si bonnes volailles bio !

Alain Chazerault

Nouvelle saison 2015-2016 pour les légumes

Vincent FavreauLa nouvelle saison 2015-2016 des contrats légumes vient de commencer. Nous vous remercions pour la confiance que vous venez de nous renouveler. 12 chèques ou parfois 6, c’est un peu long à écrire, je le sais. En même temps compléter le contrat, le remettre à Ludivine, notre tutrice… toutes ces étapes ont de l’importance et ne doivent pas être sous-estimées. Ludivine a passé beaucoup de temps à contrôler les retours de contrat, relancer les retardataires (Si ! Si ! On a les noms !), gérer les 1/2 paniers (parfois compliqué)…Nous pouvons la remercier pour toute cette gymnastique cérébrale de la rentrée.

Mais pour nous, ce contrat c’est ce qui fait la différence avec nos collègues maraîchers qui font les marchés. Pour nous c’est un signe de sérénité. Nous sommes délesté de ce poids de la commercialisation, de ces soucis de vendre, de ne pas vendre, de perdre, pas assez cher…et de toutes ces incertitudes que l’on retrouve chez nos collègues qui n’ont pas la chance de fonctionner en AMAP.

Puisque nous avons déjà notre budget pour l’année, nous n’avons plus qu’à produire de notre mieux. Produire sain : parce que l’on suit les recommandations de l’agriculture biologique, mais surtout parce que l’on sait pour qui, chaque semaine, on cultive, on récolte nos légumes et que nous n’avons pas envie de tricher avec vous. Dans nos salades, il y aura peut-être une limace ou deux, mais pas de molécules chimiques interdites en France et encore moins des traces de DDT, imidaclopride… (cf. : étude de Génération Futures).

Produire en quantité suffisante et diversifiée : Nous garnissons le panier comme nous aimerions le retrouver en faisant notre jardin. Mais n’hésitez pas à venir vers nous pour que l’on puisse discuter de vos attentes. Il faut suivre l’évolution en groupe et nous sommes dans un monde qui bouge…

La diversité complexifie notre travail, la rend plus technique, mais c’est aussi ce qui la rend moins monotone.

Retour rapide sur les FEST-SERRES : bilan plus que positif sur votre soutien à l’organisation de cette soirée. On gardera un super souvenir de ces 10 ans. Sur le plan financier, on est soulagé de l’opération zéro. Les APAM n’ont pas eu besoin de mettre la main à la poche et les producteurs ont été remboursés pour leurs produits. Il doit rester 30 euros pour fêter les 20 ans ! Vivement les prochaines fêtes !

Pour le GAEC Terre de Goganes,

Vincent

 

Les petites écuries |
Codep Aïkido 34 FFAAA |
Les boustois d'ECLOS !!! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Napvermand
| Les Danses du Bourg
| Adasi