Archive | décembre 2015

Bilan 2015 volailles amapiennes de la ferme des Harbaux

Alain Chazerault 22015 restera comme une année difficile humainement parlant (le décès de mon père, mon opération du genou, l’accident de mon fils Rémi et les conséquences sur la vie de famille). Un bon soutien familial et vos encouragements m’ont permis de passer ce cap et de maintenir coûte que coûte l’activité agricole.

Rémi va beaucoup mieux, il est encore arrêté jusqu’en janvier. Ensuite… Pour l’instant il se cherche, il est sorti de cette épreuve avec une certaine  philosophie bien trempée d’humanisme  qui va le guider vers des chemins un peu différents que ceux d’avant.

2015 a aussi été la réalisation du dernier chantier de reconstruction, suite à l’incendie du 13 novembre 2013 : le rehaussement d’une partie du vieux poulailler pour en faire un hangar. Cela me permet de stocker largement foin et paille.

Après une stagnation 2013 (volailles perdues dans l’incendie) l’activité volailles amapiennes augmente régulièrement 7.5 % par an. C’est très bien, vous en êtes pour quelque chose.

N’hésitez pas à faire part de votre appartenance à l’AMAP, à vos amis, famille, collègues, voisins… Nous avons raison 3 fois :
-          socialement  en tissant des liens inoubliables si absents de notre société de consommation.
-          économiquement par ce partenariat solidaire paysan/consom’acteurs.
-          et environne mentalement  en relocalisant notre consommation sur  des produits de qualité issus d’une agriculture paysanne, durable   et biologique.

C’est pour cela que de nouvelles AMAP peuvent et doivent se créer, il y a de la place pour d’autres paysans en AMAP et de nouveaux amapiens.

J’en profite pour vous exposer un beau projet qui vient juste de se mettre en place. La confédération paysanne 49 vient de lancer une coopérative d’installation en agriculture paysanne (CIAP), de futurs paysans en AMAP pourraient y démarrer leur activité en situation réelle tout en bénéficiant d’une formation en apprentissage. Des AMAP pourraient intégrer les GAL (groupe d’intérêt local) prévus pour soutenir et encadrer le futur paysan. A suivre…

Et pour 2016, continuer l’activité amapienne et poursuivre son rythme  de croissance  en me familiarisant avec les bâtiments neufs, fonctionnels (poussinières, poulailler, abattoir). Plus de projets si ce n’est de travailler sur l’alimentation des volailles et sa fabrication (installation) et finir le  filtre à roseaux et… stop.

Pas de changement quant au rythme des distributions :

-          poulets en février et avril
-          poulets et pintades en juin
-          poulets et canards en septembre.
-          poulets et pintades en novembre
-          et festives en décembre (poulardes, coqs de noël et oies).

Mais attendez le nouveau contrat 2016.

Pour tous vous remercier je pense bien faire une « inauguration » des nouveaux bâtiments  sans doute au printemps.

Je finis toujours par un grand merci à Marie-Elise, Jocelyne, Bernadette et Bertrand (et d’autres qui viennent de temps à autre les suppléer lors des distributions) pour leur travail indispensable de tuteur-trice.

Alain Chazerault

Un poète au jardin …

Le maraîcher ayant travDenisaillé tout l’été
Se trouva fort fourbu
Quand l’automne fut venu.
Il enleva sa pèlerine
Entra dans sa tanière
Trouva bon la cantine
Et se mit au chaud pour l’hiver.

Quelques vers au matin froid en guise d’introduction survenus de lointains souvenirs d’écolier. Tout ça pour se rendre compte que nous sommes dans les jours les plus courts de l’année. Les températures sont basses elles aussi mais pas froides pour autant. L’hiver arrive à grands pas. L’automne est cependant resté sec une fois de plus.

C’est un moment de l’année particulier car les plantes ne bénéficient plus guère de la chaleur du sol. L’activité bactérienne s’en trouve ralentie voire stoppée. La luminosité plus faible, liée à la course du soleil qui est bien plus basse dans le ciel,  et surtout de plus courte durée, limite d’autant plus la photosynthèse. Bref, ça ne pousse plus. C’est la période de repos. Les arbres se sont débarrassés de leurs feuilles, les oiseaux les plus frileux sont partis depuis bien longtemps vers des pays plus accueillants. Il fallait faire le travail aux champs avant et dans l’inventaire de l’hiver nous retrouverons :

  • 2 variétés de betteraves rouges que nous pouvons manger crues ou cuites,
  • des radis d’hiver blancs, noirs ou bien rouges,
  • des navets pour la soupe et les potées,
  • du panais pour la purée, la soupe ou bien à rissoler avec des pommes de terre,
  • du céleri rave également pour la purée, la soupe, la potée mais aussi cru en rémoulade avec une bonne mayonnaise maison,
  • des choux de toutes les couleurs, blanc, rouges mais aussi de Milan ou de Bruxelles afin de varier les plaisirs,
  • Au grenier il reste des oignons, de l’ail et des échalotes.
  • Dans les serres, il y a surtout des salades chicorée cornet, du mesclun, de la mâche. Mais aussi des bettes, des épinards et un reste de fenouil et de chou fle ur que nous mangerons si les températures restent clémentes. On y trouve aussi des radis botte et des navets botte. Et de toutes petites carottes qui viendrons agrémenter nos paniers primeur d’avril mai et juin quand elles auront grandi.

Voilà un peu l’état des lieux en cette fin d’année.

 Il y aura un panier un peu plus conséquent que d’habitude avant les fêtes mais aussi après les fêtes afin que chacun s’y retrouve notamment ceux qui viennent 1 semaine sur 2. La dernière livraison de l’année sera le 18 décembre 2015 et la première livraison de l’année 2016 sera le 8 janvier. De toute façon, nous nous partageons tous les produits qui sortent de nos champs et ce qui n’est pas mangé aujourd’hui le sera demain. Je vous souhaite à tous et à toutes de bonnes fêtes de fin d’année.

Denis, pour le GAEC terres de goganes

 

Les petites écuries |
Codep Aïkido 34 FFAAA |
Les boustois d'ECLOS !!! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Napvermand
| Les Danses du Bourg
| Adasi