Archive | juillet 2016

Des nouvelles de la ferme des Harbaux

Tout d’abord, faire la fête
Dans son programme « Fermes en scène, la compagnie Cosnet s’arrêtera à la ferme : réservez donc votre vendredi soir 2 septembre avec au programme :

  • A partir de 18h visite de la ferme et inauguration des nouveaux bâtiments. Le charpentier (entreprise LMB) sera là pour échanger sur la construction bois.
  • Pique-nique tiré de son panier.
  • 20h30 musique et chants en acoustique avec les Bilboquet (gratuit)

Puis

  • 21h30 « La casquette du lendemain » par la compagnie Patrick Cosnet*

*Entrée 12€/pers 6€ (de 12 à 18 ans et étudiants, demandeurs d’emploi) et gratuit pour – de 12 ans.  Réservations à Alain Chazerault au 06. 89.86.01.89 ou chazerault.alain@wanadoo.fr

Encore des projets de …transmission de savoir paysan.

J’ai été formateur en Bac pro, et je reçois des stagiaires mais je voudrais aller plus loin dans ma démarche en créant un espace test volailles fermières sur la ferme. Cela permettrait à de futurs-es paysans-nes de s’essayer grandeur nature pendant 1 an au sein de leur stage paysan créatif via la CIAP 49 (Coopérative d’Installation en Agriculture Paysanne 49). Il est essentiellement destiné à des jeunes non issus du milieu agricole dans le but de parfaire leur formation agricole tout en démarrant leur activité et surtout en s’intégrant localement dans le territoire. Celle-ci peut être son ou sa prochaine installation.
Vous pouvez, en tant qu’amapien intéressé par la démarche, intégrer le GAL (Groupe d’Appui Local) qui entourera les stagiaires.
Et aussi à bientôt 59 ans, je commence à penser transmission. Et pourquoi pas, ce sera peut-être l’occasion d’y rencontrer la personne qui me succédera.
(*voir plus d’infos dans le document sur la CIAP).

Et toujours des péripéties agricoles qui viennent pimenter nos journées paysannes qui sans cela seraient sans saveur (sic !)

Je voudrais vous parler de l’influenza aviaire (ou grippe aviaire). Souvenez-vous en 2005, elle sévissait en Asie, alimentant une énième crise sanitaire. Elle a sans doute renforcé notre idée de relocaliser notre production/consommation par le partenariat paysan/ consomm’acteur au sein de l’AMAP des Goganes.

Elle est apparue en 2010 dans un élevage de dindes conventionnel puis dans le sud-ouest en 2015. Aussitôt se met en route toute une batterie de mesures pour circonscrire et éradiquer le virus (barrières sanitaires, élimination des animaux du périmètre proche, nettoyage, désinfection puis vide sanitaire…). Mais devant l’ampleur de cette dernière épidémie (74 fermes atteintes sur plusieurs départements) des mesures extraordinaires ont été prises, en plus de celles précitées, notamment un vide complet pendant plusieurs semaines de volatiles dans les élevages sur 5 ou 6 départements. Et une perte financière estimée à 300 millions d’euros pour l’ensemble de la filière dans cette région.

L’influenza aviaire peut atteindre tous les oiseaux (mortalité, problème de croissance, etc.) et est très contagieuse (c’est une grippe). La particularité est que les palmipèdes s’avèrent porteurs sains et plus particulièrement l’espèce utilisée en gavage d’où l’explication de l’extrême propagation dans le Sud Ouest.

Les organisations économiques des Pays de Loire ont une peur bleue de voir apparaître un foyer ici et ont réfléchi à des mesures de prévention définissant des règles de biosécurité et un guide / charte de bonnes pratiques en élevage de volailles, à appliquer dès le 1er juillet…

Initiée par la filière de l’élevage industriel, la tentation était grande de faire des fermes des petits « Seveso » avec une mesure phare « ESPÈCE UNIQUE ET LOT UNIQUE PAR SITE DE PRODUCTION ». Celle-ci aurait pour conséquence directe de mettre à bas la production fermière telle que je la pratique en AMAP (diversité). Heureusement la défense des élevages fermiers (confédération paysanne, fédérations agriculture biologique…) a permis de faire reconnaître les spécificités de ceux-ci, notamment en reconnaissant le bien fondé de leur autonomie. Ce sera aussi moyennant quelques aménagements plus ou moins faciles à réaliser (sas à l’entrée des élevages, avoir des vides sanitaires entre 2 lots, séparer les espèces surtout des palmipèdes …).

Affaire à suivre donc en espérant qu’un cas n’apparaisse pas en Pays de Loire.

Alain Chazerault

Les petites écuries |
Codep Aïkido 34 FFAAA |
Les boustois d'ECLOS !!! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Napvermand
| Les Danses du Bourg
| Adasi